Gavage des oies

(Un article extrait du Bulletin de la Ligue Française des Droits de l'Animal)


La compassion sans limites pour tous les êtres vivants est le plus sûr garant

d'une conduite morale.

Schopenhauer in Fondement de la Morale



   (...) Manger du foie gras, c'est absorber du foie malade atteint de dégéné-

rescence cirrhotique stéatosique.

   Le gavage des oies ou des canards consiste à provoquer cette maladie. Par

gavage mécanique, ou après modification artificielle de leur appétit, les oies,

âgées de 5 à 6 mois, sont contraintes d'engloutir, 3 fois dans la journée, pendant

3 semaines, 1kg 1/2 de maïs. Ce gavage équivaudrait, chez l'homme, à l'absorp-

tion quotidienne de 13kg de spaghettis. Par ailleurs, la cadence du gavage, qui

permet de traiter semi-automatiquement 60 à 80 oies à l'heure, peut entraîner

des fissurations de l'oesophage, du jabot, ou du gésier, distendus par le volume

des aliments. Au-delà de 8 jours, les lésions cirrhotiques apparues deviennent

irréversibles. L'oiseau ne tient plus sur ses pattes, son plumage devient humide,

son bec se décolore. Au bout d'une semaine 1/2 de gavage, le foie pèse plus

d'une livre, et une semaine 1/2 plus tard il atteint 1kg700. Si l'oie n'était pas

abattue à ce moment, elle mourrait spontanément dans les jours suivants.

   Consommer du foie gras, c'est contrevenir gravement aux droits de l'animal

en encourageant un acte de cruauté, c'est ingérer un aliment malsain préparé à

partir d'un organe malade, et c'est aussi faire insulte aux milliers d'êtres hu-

mains victimes de la famine.

      ©Bulletin d'informations de la L.F.D.A. n°8, Octobre 1993

.

.

Retour au sommaire

Retour à l'accueil

.